La Chapelle-Largeau
Les Rochers de Pyrôme

Loublande
Manoir st Jeanne d'Arc

Mauléon
Ville

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Rorthais
Aérodrome

Moulins
La Corbelière

Le Temple
Les éoliennes

Sensibilisation

La Moine et la Sèvre Nantaise, en aval de Clisson sont régulièrement impactées depuis quelques années par le développement des cyanobactéries en période estivale. Ce phénomène interroge les riverains et a mobilisé les collectivités, dont l'EPTB de la Sèvre nantaise, et les services de l'État concernés.

Des cyanobactéries ?

Ce sont ces algues bleues qui se sont développées de manière explosive ces deux dernières années en été tout particulièrement sur la Moine et la Sèvre Nantaise de Clisson jusqu’à la Loire. Il ne faut pas les confondre avec les simples lentilles d’eau surtout présentes en surface. Les cyanobactéries, elles se développent sur toute la colonne d’eau donc en profondeur et donnent une couleur bleutée ou verdâtre. Selon l’importance du phénomène l’eau de la rivière devient très trouble voire opaque et montre des aspects du type « soupe de brocolis » ou « purée de pois ».

Dans les zones de concentration importante, une écume verte peut se former en surface. Certaines espèces de cyanobactéries peuvent produire des toxines qui sont susceptibles d’avoir des effets sur la santé (irritations cutanées, vomissements, nausées, diarrhées, etc.). C’est le cas de Microcystis dont la présence a été avérée sur la Moine et la Sèvre aval lors de mesures réalisées l’été 2019. La libération de toxines par ces espèces n’est pas systématique et les conditions de leur libération sont imprévisibles et aujourd’hui mal connues. C’est pourquoi il est important de prendre des mesures de précaution lors de fortes proliférations de ces algues dans nos rivières et plans d’eau car nous ne pouvons prévoir leur impact sur la qualité de l’eau.

les précautions d'usage 

En cas de forte prolifération de cyanobactéries dans l'eau, il faut être prudent en évitant le contact avec l'eau. Consultez l'affichage sur site, si existant, qui précise les précautions d'usages.

D'une manière générale : 

  • en cas de pratique d'une activité nautique, n'ingérez pas l'eau et ne pratiquez pas dans les zones présentant des écumes, évitez de porter les mains à votre bouche ; prendre une douche soignée dès que possible après être sorti de l'eau et nettoyer les équipements.
  • Il est conseillé d'éloigner les jeunes enfants, plus sensibles en cas d'efflorescence. 
  • Empêcher l'accès à l'eau par les animaux domestiques (particulièrement les chiens en les tenant en laisse) et par le bétail dans les zones touchées : ni baignade, ni abreuvement. Consultez un vétérinaire pour tout comportement ou symptôme inhabituel.  

Conformément à l'instruction technique du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation*, les recommandations pour les acteurs de la pêche lors de  proliférations de cyanobactéries dans les eaux courantes et closes sont les suivantes :

  • Eviscérez et étêtez les poissons pêchés avant consommation ou congélation pour limiter l'exposition aux cyanotoxines ;
  • Limitez la consommation des petits poissons et des poissons phytoplanctonivores (ex: carpe, gardon, rotengle, vandoise…) qui concentreraient d'avantage les cyanotoxines ;
  • Limitez la consommation des poissons de certains cours d'eau (en temps de crise, voire en tout temps, dans le cas des cours d'eau où ces phénomènes sont récurrents)
  • Absence de recommandations en cas de No Kill. 

 

Informations complémentaires et résultats de qualité de l’eau aussi disponibles sur: