Mauléon
et communes associées

La Chapelle-Largeau
La Chapelle

Mauléon
Le Château

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Mauléon
L'Abbaye

Moulins
La Corbelière

Rorthais
Aérodrome

Le Temple
Etang

Mauléon
Saint-Jouin

Le Château de la Durbelière

Une allée privée d’un kilomètre, son porche d’entrée, sa cour carrée majestueuse, l’importance des communs, ses pigeonniers, son verger, le végétal omniprésent, ses étangs, les vestiges du château et son histoire font de ce lieu un site remarquable qui demande à être connu.

Ce domaine, resté dans la même famille par le jeu des alliances depuis le XIIIème siècle, va connaitre les affres de l’histoire. C’est d’abord la famille De Rorthais (du nom de la localité voisine) qui va entre 1440 et 1460 sur l’emplacement d’un édifice plus ancien construire le premier château entouré de douves avec ponts levis. De cette époque subsistent la tour octogonale et le mur d’enceinte avec ses échauguettes. Puis au début du XVIIème siècle, Pierre de Meule, nouveau maître des lieux, va conduire des travaux importants pour qualifier le logis dans les canons de l’époque avec ajout d’une aile latérale, d’une balustrade Louis XIII en granit, entablement des murs, les ponts dormants remplacent les ponts levis. La porte d’entrée du château se voit alors encadrée de pilastre et surmontée d’un écusson avec la date de 1621.

L’année 1679 voit la transmission par alliance du domaine à la famille du Vergier de la Rochejaquelein. Famille qui verra la naissance en 1772 de Henri de la Rochejaquelein, futur généralissime de l’armée catholique et royale pendant les Guerres de Vendée. Ainsi, en 1793 dans la cour du château, plusieurs centaines d’habitants de St Aubin et des paroisses voisines se rassemblèrent pour lui demander de prendre leur tête. Voir article sur la Statue de Henri de la Rochejaquelein.

Durant les combats qui ravagèrent toute la région, le château fut incendié à cinq reprises entre 1793 et 1794. Il ne sera jamais restauré. Seuls des renforts ont été apposés pour conserver des ruines qui ont encore un certain charme et sont le vestige de cette période bouleversée.

Depuis, les vestiges du château ont été inscrits le 26 octobre 1927, puis l’ensemble château, communs, douves, pigeonnier, murs de clôture et étang a été classé monument historique le 8 janvier 1996. Cela a permis quelques travaux de restauration sur le château et pigeonier.

Enfin depuis 2017, une association « La Durbelière » s’est créée pour sortir le site de l’oubli, le faire connaitre par quelques manifestations et assurer l’entretien. Journées européennes du patrimoine, festival de peintures ou salon du livre font venir à chaque fois des centaines de visiteurs charmés par les pierres, la succession des étangs ou les arbres remarquables encore présents cèdre, tilleul couché …

Pour imaginer à quoi le château pouvait ressembler avant les outrages des incendies et du temps, une maquette a été réalisée par un saint aubinais, celle-ci est visible en mairie de St Aubin sur demande. 

  

St-Aubin-de-Baubigné