Mauléon
et communes associées

La Chapelle-Largeau
La Chapelle

Mauléon
Le Château

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Mauléon
L'Abbaye

Moulins
La Corbelière

Rorthais
Aérodrome

Le Temple
Etang

Mauléon
Saint-Jouin

La statue de la Rochejacquelein

La statue d'Henri de la Rochejaquelein fut érigée en 1895, en mémoire du héros des contre-révolutionnaires, nommé général à l’âge de 20 ans.

Pour honorer le centenaire de la mort de Henri de la Rochejaquelein, une statue sera érigée en 1895 non loin de l’église paroissiale qui abrite son tombeau et au carrefour de la route qui mène au château de la Durbelière qui a vu sa naissance le 30 aout 1772. Cette statue sera l’œuvre du célèbre sculpteur de l’époque Alexandre FALGUIERE et le plâtre de celle-ci est toujours exposé au musée des Augustins à Toulouse. Son inauguration sera l’occasion de festivités importantes au château dans le manège qui recevra un banquet pour la famille et les souscripteurs et dans la large allée de la Durbelière où se tiendra une grande kermesse pour toute la paroisse.

 

Henri de la Rochejaquelein sera l'un des chefs de l'armée vendéenne au cours des batailles de la guerre de Vendée. Malgré son jeune âge, il s’engagera à l’appel des paysans venus le chercher dans la cour de la Durbelière pour se mettre à leur tête avec la fameuse harangue : « Si j’avance, suivez-moi, si je recule tuez-moi, si je meurs vengez-moi ». Paroles inscrites sur le granit du socle de sa statue. Les 2 000 soldats paysans venus le supplier voulaient ainsi défendre leur Dieu et leur roi en combattant la République naissante qui avait décrété à la Constituante la confiscation des biens d’église, la constitution civile du Clergé et la levée en masse de 300 000 soldats pour défendre les frontières menacées.

« Monsieur Henri », comme aimaient l’appeler ses soldats, fut tué au combat à Nuaillé, près de Cholet le 28 janvier 1794. Il avait 22 ans. Il sera d’abord enterré sur place, sa dépouille sera ensuite inhumée dans le tombeau familial dans le cimetière paroissial en lieu et place de l’église actuelle. Celle-ci ne sera bâtie qu’en 1855, une fois le cimetière déplacé rue du Calvaire.

Ainsi, outre la statue et le château de la Durbelière, il existe bien des souvenirs d’Henri de La Rochejaquelein à Saint-Aubin-de-Baubigné, à commencer par l’église paroissiale qui abrite la chapelle familiale bâtie au-dessus du caveau qui renferme les restes d’une vingtaine des membres de la famille. On pourra admirer le cénotaphe et les deux candélabres en marbre de Carrare et le grand vitrail de Hirsch qui représente la mort de Judas Macchabée symbolisant la mort de Henri de la Rochejaquelein.