Mauléon
et communes associées

La Chapelle-Largeau
La Chapelle

Mauléon
Le Château

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Mauléon
L'Abbaye

Moulins
La Corbelière

Rorthais
Aérodrome

Le Temple
Etang

Mauléon
Saint-Jouin

Le Château et Le Palais

L'appareillage de pierres massives visait autant la solidité de l'édifice qu'à impressionner les assaillants.

Perchée sur son éperon rocheux, la cité castrale de Mauléon doit son existence aux seigneurs de Mauléon.
Fief des Mauléon, grands seigneurs poitevins du XIe au XIIIe siècles, la ville recèle une histoire ancienne. Elle se développa autour de son château et de son abbaye dès le XIe siècle.
L’origine des seigneurs de Mauléon est assez obscure ; ils sont vraisemblablement issus de la puissante famille des vicomtes de Thouars. D’ailleurs le premier seigneur connu de Mauléon, Foulques, résidait à Thouars, vers 1090. Parmi ses successeurs, notons le fameux Savary de Mauléon, qui joua un rôle important dans les luttes qui opposèrent Capétiens et Plantagenêt pour la possession du Poitou, au tout début du XIIIème siècle.

A sa mort, en 1233, ses terres sont un moment confisquées par le roi. Après 1253, elles reviennent aux vicomtes de Thouars. Les biens de Savary s’étendaient sur une grande partie du Bas-poitou ; on peut lui attribuer aisément la cons-truction ou la reconstruction des fortifications de la ville, et du château.
Au XVI° siècle, les guerres de religion ravagèrent la contrée. Le 23 mai 1587, Henri de Navarre s’empara du château et y causa de grandes destructions. A cinq reprises, il fut pris et repris ainsi que la ville par les deux camps.
Par la suite, le château ne fut pas restauré et au milieu du XVII° siècle, ce qui restait de ses murailles fut rasé par ordre de Richelieu.
Puis au XVIIIe siècle, la baronnie devint la propriété de Gilles-Charles de Granges de Surgères, marquis de la Flocellière. Elle fut enfin achetée en 1736 par Alexis Madelaine Rosalie, duc de Châtillon. Il l’érigera en Duché-Pairie et lui donna le nom de Châtillon-sur- Sèvre.
Le Duc de Châtillon fit construire vers 1740 le bâtiment central qui existe encore à la place de l’ancien donjon, appelé par la population « le Palais » en raison de sa fonction, de Palais de Justice et de baillage attribuée par le Duc de Châtillon.