Mauléon
et communes associées

La Chapelle-Largeau
La Chapelle

Mauléon
Le Château

St Aubin-de-Baubigné
La Durbelière

Mauléon
L'Abbaye

Moulins
La Corbelière

Rorthais
Aérodrome

Le Temple
Etang

Mauléon
Saint-Jouin

Née des caprices du relief et de la ferveur d’un Abbé, elle fait son apparition, au détour du chemin qui grimpe à La Chapelle-Largeau. Tel un guide ou un phare, apaisante par sa présence sereine, et tellement éternelle : la Chapelle Saint-Joseph se dresse en haut de la Vallée de l’Ouin. Le voyageur peut s’étonner, s’émouvoir ou se recueillir devant cette majesté.

Elle domine fièrement cette vallée, au fond de laquelle, la rivière l’Ouin, longe, serpente et sépare, tantôt le Maine-et-Loire, la Vendée ou les Deux-Sèvres. Comble de la trilogie, la paroisse fut, elle–même, au fil des siècles, sous la dépendance de trois diocèses : celui de Maillezais, de La Rochelle et de Poitiers !

Le Pré du Prieuré acheté en mai 1849, Fils de Pierre Paschal Ménard, maire de Châtillon-sur-Sèvre de 1815 à 1823, le curé Pierre Ménard, vicaire de la Chapelle-Largeau en 1831 et puis curé jusqu’en 1885, achète le Pré du Prieuré en mai 1849. Le terrain appartenait à M. Félix Chaigneau, docteur et maire de Vouvant. Il deviendra « le prieuré »,  « champ du prieuré »,  « terrain Saint-Joseph » ou bien « propriété Saint-Joseph ».

Le bon curé Ménard fit ensuite don d’une partie du terrain et des bâtiments aux Frères de Saint-Gabriel, le 05 mai 1859.

Une école s’y installera, et les Frères arriveront à la Chapelle-Largeau, le 06 novembre 1865. 

C’est à la fin de l’année 1864 que le Pape Pie IX décide que 1865 sera une année du Jubilé pour toute l’Église. Ce pape avait une très grande dévotion à Saint-Joseph : le 08 décembre 1870, il proclamera Saint-Joseph, patron de l’Église universelle. 

Dans cette perspective du Jubilé, le curé Ménard décide qu’à l’entrée du bourg, à l’extrémité du terrain Saint-Joseph, sera construite une chapelle en l’honneur de Saint-Joseph, « en exécution d’un vœu fait pour le rétablissement de la paix dans la paroisse. ». 

Le curé Ménard confie la construction et la réalisation de cette chapelle au Père Adam Malécot, jeune montfortain qui a un vrai talent d’architecte, et qui a fait ses preuves dans la belle réalisation de la chapelle Sainte-Anne de Saint-Laurent-sur-Sèvre en 1858. Le curé Ménard qui va souvent à Saint-Laurent-sur-Sèvre, connaît bien le jeune architecte dont il a apprécié le talent.

Le devis primitif s’élevait à 10.000 francs environ. Mais le style romano-byzantin adopté, la variété et l’originalité des sculptures et de la conception de cet oratoire, obligent le Père Malécot à revoir constamment le montant qui s’élèvera jusqu’à 30.000 francs ! Le curé Ménard, un moment hésitant, dira toujours au Père Malécot : « Continuez ! » ; sa foi et son amour pour Saint Joseph ont le dessus. L’abbé Ménard estime que rien n’est trop beau pour le culte. 

La dévotion des Chapelais et leur caractère marqué avaient déjà été soulignés par le précédent Abbé Vion-Dubois, considéré comme étant le prêtre « turbulent » et « irréductible »  du village,  pendant les années violentes de la révolution.

L’un des buts de notre curé Ménard, est de faire de cette chapelle, le siège des nouvelles confréries, prévues pour les hommes et les jeunes gens de sa paroisse, sous le titre de « Archiconfrérie de Saint-Joseph » et « Archiconfrérie des Saints Anges». 

Le 24 juin 1865, solennité de Saint Jean-Baptiste, la statue de saint Joseph qui était dans l’église paroissiale, est bénite et transportée solennellement par les hommes en procession, de l’église, jusqu’à la Chapelle qui est également bénite. Une jeune fille en blanc précède la procession. 

À partir de juillet 1865, les paroissiens de la Chapelle-Largeau, les Frères et les élèves de Saint-Gabriel à Saint-Laurent-sur-Sèvre viendront régulièrement en pèlerinage à cette chapelle : pour les élèves du Pensionnat, c’était le jeudi après-midi, qu’ils parcouraient joyeusement les 5 kms qui les séparaient de la petite chapelle de la Chapelle-Largeau. Ce pèlerinage s’est maintenu, fidèlement, jusque dans les années 1960. Les élèves étaient heureux de gravir la colline où se trouvait l’école des Frères, afin d’apprécier l’air pur et l’immense panorama qui s’offrait à leurs yeux, sur la vallée de l’Ouin ! 

(Sources : Fabienne Attard, Archives des Frères de Saint-Gabriel, Brham)

Note des propriétaires  

L’histoire locale de cette chapelle est très forte, et prenant la suite des anciens propriétaires, nous nous sommes engagés dans une démarche de reconnaissance et de valorisation de cette chapelle. L’édifice a été inscrit en mai 2018 au titre des Monuments Historiques. C’est une grande reconnaissance pour l’édifice et pour le patrimoine de la commune. Ce lieu, qui est un détail historique et religieux, aura la vocation d’être un espace de rassemblement pour les villageois, car il en porte les souvenirs. Nous espérons que l’édifice permettra des rencontres et des échanges. Après les travaux d’urgences et de consolidation, il y aura la possibilité de réouvrir la chapelle aux visiteurs. Dans cette attente, vous pouvez découvrir l’intérieur en allant sur le site : https://www.facebook.com/pg/Arcus-De-Capella-214108959394790

Fabienne Attard et Yannick Zaorski